Sneakers And Go

La styliste Courtney Mays aide les joueurs de la NBA à envoyer un message à travers leur style

Style joueurs NBA

La styliste Courtney Mays entretient un lien étroit avec le sport depuis très longtemps. Son père a joué dans la NFL et elle a joué au basket-ball tout au long du lycée. Mais, Courtney Mays n’avait jamais prévu d’habiller les meilleurs joueurs NBA de la ligue. En fait, elle n’avait jamais prévu de carrière dans la mode.

Bien qu’elle n’ait peut-être pas toujours envisagé de travailler dans l’industrie, Mays a grandi entourée par la mode. « Mes parents ont toujours été extrêmement élégants, mais je l’ai compris un peu tard », a-t-elle déclaré à TZR. « Je m’en voudrais de dire que je pense que ma taille m’a toujours fait fuir la mode parce qu’il n’y avait jamais trop d’options pour moi, et je n’ai jamais vu quelqu’un d’élégant qui me ressemblait à la télévision. Être une fille forte de plus de 180cm a été une aventure, c’est le moins qu’on puisse dire. »

Les débuts de Courtney Mays en stylisme

Une fois qu’elle a quitté la maison et s’est inscrite à l’Université du Michigan, Mays dit qu’elle s’est réinventée et est devenue connue pour être la fille obsédée par le style sur le campus. « Je suis même devenue présidente du club de mode, stylisant des séances photo et organisant des spectacles », explique-t-elle. « J’étais très sérieuse à l’époque, mais c’est drôle de regarder en arrière maintenant. Cette réinvention a beaucoup changé de chose pour moi. J’ai développé un amour pour la mode en tant qu’art et j’ai commencé à comprendre le pouvoir des vêtements simplement en m’habillant tous les jours. »

Après avoir obtenu un diplôme en histoire de l’art, Mays a déménagé à New York. Peu de temps après son arrivée, elle a commencé à travailler sous la direction de la créatrice de mode Tracy Reese. « J’ai eu l’opportunité de travailler dans le magasin, la salle d’exposition et le bureau des relations publiques à l’époque où tout était vraiment en interne », explique la styliste. « À partir de là, j’ai rencontré quelqu’un qui effectuait un stage chez un styliste et qui s’en plaignait toujours. Pour une raison quelconque, je me disais ‘Je veux essayer ça!' » Mays est devenue l’assistante de Rachel Johnson et Crystal Streets qui avaient des clients de premier plan comme Ciara, Puffy Daddy et Lebron James.

Chris paul style

Parce que Mays est originaire de Cleveland et connaît la ville, elle a été chargée de tous les travaux de stylisme pour Lebron James parce qu’il jouait pour les Cavaliers. « C’était une sorte de gagnant-gagnant pour tout le monde », dit-elle. Après avoir été assistante pendant six ans, elle a déménagé à Los Angeles pour créer sa propre entreprise, où le joueur des Phoenix Suns, Chris Paul, a été son premier client. « Entre-temps, j’ai travaillé pour plusieurs personnes différentes comme Kelly Rowland et Keyshia Cole, mais je suis vraiment passé à la mode masculine et je suis tombé amoureuse de ce travail dans le monde du stylisme. »

Le stylisme un moyen de faire passer des messages

Bien qu’elle habille des non-athlètes comme l’acteur Anthony Anderson pour les tapis rouges, Mays se concentre principalement sur les joueurs de la NBA. Traditionnellement, les stylistes peuvent être associés aux tapis rouges ou aux looks de rue des mannequins, mais Mays a également joué un rôle important en suscitant l’intérêt pour la tenue vestimentaire des joueurs. « En ce moment, nous sommes dans une période intéressante parce que les gars, en particulier mes clients, utilisent vraiment la mode comme plate-forme pour parler de problèmes plus importants », explique-t-elle. En fait, ces athlètes ont pris la parole et sensibilisé à des sujets importants comme les problèmes de santé mentale et de justice sociale. Elle ajoute : « Je pense surtout qu’avec le monde dans lequel nous vivons, je ne vois que cela prendre de l’ampleur. »

L’un des ensembles les plus discutés de Paul est arrivé purement par accident. Au cours de la saison 2018-19, Paul est arrivé la soirée d’ouverture dans un sweat-shirt Texas Southern. À l’époque, Paul jouait pour les Houston Rockets et le père de Mays fréquentait l’Université du Sud du Texas. « Ma petite amie et moi voulions aller sur le campus et acheter des sweat-shirts pour mon père, alors cela s’est transformé en un truc où nous avons eu un sweat-shirt pour Chris et il l’a porté à un match, puis ça à tourné en sujet de réflexion : comment pouvons-nous amplifier les histoires des écoles qui ne sont pas si largement représentées ? » Bien que Paul n’ait pas fréquenté une HBCU, toute sa famille l’a fait, alors Mays dit que représenter l’école est quelque chose qui n’est pas seulement important pour lui à travers ses vêtements, mais aussi sa philanthropie.

En fait, avant chaque saison, Mays discute avec les joueurs de leurs objectifs en termes de style. « Il y a quelques années, Chris [Paul] et moi avons parlé de comment le plan allait se développer en relation avec l’évolution de son style de jeu », dit-elle. Pour les athlètes, les tenues d’arrivées au stade sont équivalentes à une célébrité arrivant sur un tapis rouge. Après le premier look à capuche Texas Southern de Paul, les deux ont discuté de la façon dont ils pourraient continuer à promouvoir les écoles. « Nous voulions prendre ce temps pour parler des collèges et universités historiquement noirs. » Selon GQ, la styliste a obtenu et personnalisé des tonnes de pièces HBCU pour Paul au sport. Et l’athlète s’est même associé à la ligne de vêtements Support Black Colleges pour créer des publications Instagram afin de fournir des informations éducatives sur le collège spécifique qu’il soutient. « J’adore le fait que nous ayons en quelque sorte été le fer de lance de ce mouvement où vous pouvez utiliser le style pour parler d’un problème plus large », ajoute Mays.

L'intérêt croissant des athlètes pour la mode

Mais, malgré un soutien récent, Mays affirme que les progrès ont été lents pour convaincre l’industrie de la mode de reconnaître les athlètes comme des influenceurs. « Je me souviens d’une époque où il était difficile de porter des tenues pour un athlète même comme Lebron, parce que l’industrie de la mode ne comprenait pas que oui il fait plus de 2m mais il peut toujours bien porter et représenter la marque », dit-elle. « Je pense que vous allez commencer à voir que la communauté de la mode respectera l’athlète autant que le musicien. »

Deandre Jordan Style

Lorsqu’elle habille ces athlètes professionnels, elle s’en tient à la même règle : rester fidèle à leur propre sensibilité à la mode. « J’ai trois joueurs NBA en ce moment, et tous les trois ont des goûts vraiment différents et uniques, alors j’essaie de m’assurer d’amplifier cela en conséquence », explique Mays. « Je ne veux pas que Chris Paul ressemble à Kevin Love, ou que Kevin Love ressemble à DeAndre Jordan. » De même, les meilleurs stylistes hollywoodiens qui ont plusieurs clientes célèbres suivent ce même principe de style. Prenez la styliste Erin Walsh, qui travaille avec des célébrités aux goûts complètement différents en matière de mode, comme Kerry Washington et Sarah Jessica Parker.

Lorsque Mays choisit les marques pour ses clients, les petites marques et les entreprises appartenant à des minorités sont en tête. « J’ai toujours soutenu les designers noirs », dit-elle. Ses favoris de longue date sont Pyer Moss, Martine Rose et Fear Of God. De plus, elle a commencé à travailler plus étroitement avec des marques émergentes comme Romeo Hunt et Wales Bonner. La styliste achète également fréquemment des pièces de marques de milieu de gamme comme COS, Tod Snyder et J.Crew. « Je n’ai pas l’impression que parce que tu joues en NBA ou que tu es une célébrité, tu dois dépenser des milliards de dollars en vêtements », dit Mays.

Kevin Love style

Le stylisme façonne l'image des athlètes hors des terrains

Pour la styliste, son travail va bien au-delà que simplement faire des looks à partir de marques à la mode pour ses clients. « Mon plus grand objectif est de vraiment aider à construire leur image, pas seulement de les mettre dans les dernières tendances, mais vraiment d’aider à construire l’image hors du terrain qui reflète quels que soient leurs objectifs leur côté homme d’affaire », explique-t-elle. Par exemple, Chris Paul est le président de la NBA Players Association, alors elle s’assure que son image reflète cela d’une certaine manière. « Il ne s’agit pas seulement de faire du shopping, il s’agit d’aider à construire une image qui perdurera après leur carrière de basketteur. »

Alors qu’un tapis rouge est généralement un travail de style unique où ils reçoivent ce qui est spécifiquement nécessaire pour l’événement, le portent et le renvoient, le style des athlètes est beaucoup plus continu. Chaque mois, Mays se rend dans la ville dans laquelle ils jouent. « Nous construisons constamment des looks parce que, dans une saison normale, ils jouent 82 matchs, c’est donc quelque chose qui est un projet récurrent », explique-t-elle. « Mon partenaire rafraîchit constamment ses placards et nous avons mis en place tout un système d’organisation, comme tout un système de pull and purge. C’est beaucoup plus de travail que ce que les gens supposent. »

N’hésitez pas à partager cet article autour de vous !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Comment un personnage s'habille a un impact significatif sur la façon dont le public le voit intellectuellement et émotionnellement.

La vente à 1,8 million de dollars des sneakers que Kanye West a porté en 2008 aux Grammy Awards, a annoncé la nouvelle ère des investissement en sneakers.

Les sneakers, autrefois symbole de l'athlétisme, ont transcendé leur fonction première pour devenir des objets de désir commerciaux et de mode.

0
    0
    Panier
    Votre panier est vide